Choisir le meilleur personnage de point de vue pour son histoire

Tu as choisi ta narration pour ton récit : tu vas l'écrire à la première personne, ou bien tu vas l'écrire à la troisième personne ; tu n'auras qu'un seul personnage de point de vue pour tout le récit, ou alors tu as prévu d'avoir un personnage différent à chaque chapitre. Ok. Mais... quel sera ce personnage ? À la première personne, qui sera celui qui s'exprimera ? À la troisième, sur lequel focaliseras-tu ta narration ? Comment bien choisir, et quels sont les éléments à prendre en compte ? Réfléchissons-y ensemble.

[SCRIBBLOG] Cinq types de protagonistes qui provoquent l’ennui

Nouvelle adaptation française d'un article Mythcreants posté sur le blog de la plateforme Scribbook ! Souvent, chez les auteurs novices, la plupart des personnages sont très cool, exceptés... le protagoniste principal. Dommage, n'est-ce pas ? Pourquoi ? Parce qu'il tombe souvent dans l'un des clichés que Chris Winkle nous décrit ici.

Protagoniste : donne-lui le choix !

Il arrive qu'une histoire soit frustrante pour le lecteur parce que le protagoniste est trop passif, ou parce que ses décisions et actions n'ont pas de conséquences sur le récit. Dans ces livres, le protagoniste n'a pas réellement de libre-arbitre et ne fait pas vraiment de choix. Voyons ensemble pourquoi c'est important que ton protagoniste dispose d'une marge de manœuvre et "fasse ses propres choix".

Comment désigner ses personnages dans son récit ?

Beaucoup d'auteurs novices, terrorisés à l'idée de faire trop de répétitions, cherchent à varier la façon dont ils désignent leurs personnages. Ils demandent ainsi sur les réseaux comment trouver des synonymes divers, et ne savent plus comment désigner leurs personnages dans leurs textes. À force de fournir ici et là les mêmes réponses, il m'a paru judicieux d'en faire un article.

Règle Pixar [19] : pas de chance pour les personnages !

On reproche parfois aux auteurs l'intervention du hasard dans leurs histoires : c'est un outil qui apparaît comme un peu facile, puisque "il n'y a pas de hasard en écriture". Pourtant, Pixar met le doigt sur le vrai sujet : le problème, c'est quand le hasard aide le personnage ; parce que s'il lui est défavorable, le hasard peut être un allié utile du conteur.