Protagoniste : donne-lui le choix !

Il arrive qu'une histoire soit frustrante pour le lecteur parce que le protagoniste est trop passif, ou parce que ses décisions et actions n'ont pas de conséquences sur le récit. Dans ces livres, le protagoniste n'a pas réellement de libre-arbitre et ne fait pas vraiment de choix. Voyons ensemble pourquoi c'est important que ton protagoniste dispose d'une marge de manœuvre et "fasse ses propres choix".

Choisir ses conseils d’écriture

Dès qu'on parle "conseils d'écriture", cela a tendance à déclencher des discussions houleuses sur les réseaux sociaux. D'un côté, les auteurs plus ou moins novices sont en quête d'avis ou de méthodes ; d'un autre, tout un pan d'artistes s'offusquent qu'on leur dise ce qu'ils doivent faire et comment ils doivent le faire. En conséquence, on est en droit de se poser la question : y a-t-il de "bons" et de "mauvais" conseils d'écriture ? Quel genre de conseils rechercher lorsqu'on est auteur ? Lesquels vaudrait-il mieux éviter ?

Règle Pixar [19] : pas de chance pour les personnages !

On reproche parfois aux auteurs l'intervention du hasard dans leurs histoires : c'est un outil qui apparaît comme un peu facile, puisque "il n'y a pas de hasard en écriture". Pourtant, Pixar met le doigt sur le vrai sujet : le problème, c'est quand le hasard aide le personnage ; parce que s'il lui est défavorable, le hasard peut être un allié utile du conteur.

Règles Pixar [2] – Un livre intéressant, mais pour qui ?

Keep in mind what's interesting to an audience, not what's fun to do as a writer. They can be very different. Garde à l'esprit ce qui est intéressant pour le public, pas ce qui est fun à faire en tant…