Créer une fin ambiguë

La fin d’une histoire est particulièrement importante puisqu’il s’agit du goût qui va rester dans la bouche du lecteur lorsqu’il aura refermé le livre. Plus une fin est satisfaisante, mieux c’est. Généralement, écrire une fin satisfaisante passe par le fait de répondre à tous les fils d’intrigue du récit de façon claire. Mais parfois, cela signifie poser une question… et la laisser en suspens sans y répondre, laissant à charge du lecteur de faire sa propre interprétation.  Ce type de fin est difficile à mettre en œuvre, et donc risquée : laisser le lecteur sur une interrogation profonde, c’est marquant ; l’abandonner en pleine confusion, c’est la frustration et l’insatisfaction assurées. Viens, on en parle.

Réécriture : 3 piliers pour garder l’équilibre

Plongés dans un livre, les lecteurs aiment de nombreuses choses différentes : explorer de nouveaux mondes, découvrir des personnages, s'immerger dans une intrigue, se faire happer par un style. Pour un auteur, cela signifie travailler sur de nombreuses composantes. Comment conserver l'intérêt du lecteur et ne pas négliger certains aspects au détriment des autres ?

Règle Pixar [20] : décortiquer, démonter, remonter

Sur ce blog, il n'est pas rare que je t'encourage à t'entraîner pour améliorer ton écriture, comme un sportif s'entraîne entre les matchs, au lieu de n'écrire que pour publier. Dans ce conseil N°20, Pixar te propose justement un exercice très formateur (mais impubliable) : refondre le travail d'un autre. Voyons ensemble en quoi ça peut consister, et surtout ce que ça peut t'apporter.

4 mauvaises façons de défendre une bonne cause

"Je trouve qu'il n'y a pas assez d'introductions dans les articles de blog sur le web. Alors, pour les mettre en valeur, je vais rédiger un post entièrement constitué d'introductions ! — Ah ça c'est sûr, les gens vont adorer..." Bonne…