Montrer plutôt que raconter

 Show, don't tell » : si tu es écrivain, tu as sans doute déjà entendu ce conseil. « Cesse de raconter les choses, montre-les ! ». Il s’agit d’un mantra récurrent en écriture. Néanmoins, il existe bien peu d’articles sur ces notions de montrer et de raconter en français, et les rares contiennent peu d’exemples concrets. Pire : ces derniers sont souvent discutables (pour ne pas dire complètement faux). Faisons le point.

Réécriture : 3 piliers pour garder l’équilibre

Plongés dans un livre, les lecteurs aiment de nombreuses choses différentes : explorer de nouveaux mondes, découvrir des personnages, s'immerger dans une intrigue, se faire happer par un style. Pour un auteur, cela signifie travailler sur de nombreuses composantes. Comment conserver l'intérêt du lecteur et ne pas négliger certains aspects au détriment des autres ?

10 questions à se poser quand on bloque sur l’écriture d’une scène

Dans un vieil article, je prétendais que le syndrome de la page blanche était plus souvent un problème de texte qu'un problème d'auteur. Je n'ai pas changé d'avis : quand tu bloques sur l'écriture d'une scène ou d'un chapitre, ce qui coince ne vient pas de toi ni d'une supposée "panne d'inspiration" mais plutôt d'un souci mécanique de ton récit - disons, au moins neuf fois sur dix.

Écrire un bon début d’histoire

Écrire une histoire de bout en bout est un exercice compliqué, et chaque sous-partie d'un récit présente son propre challenge d'écriture. Le début d'une histoire a un rôle majeur : il doit présenter le récit à venir et accrocher le lecteur. Si le début est raté, le lecteur risque fort de reposer l'ouvrage sans aller plus loin.

[EXTRAIT] Latium – Romain Lucazeau

L’atmosphère était propre, dénuée de toute trace de contamination bactérienne. Elle orienta une des caméras binoculaires du plafond, observa avec intérêt l’ensemble compliqué de tuyaux, de bras articulés, de réservoirs emplis de liquides à la texture gluante, organique, qui couvrait…