[EXERCICE] Gestion des narrations #02 – narrateur omniscient

Le sujet de la maîtrise des narrations m’intéresse particulièrement, et j’y reviens à de multiples reprises sur ce blog :

La rubrique La gestion des narrations – Exercices te propose de te mettre au travail. Il s’agit d’exercices d’écriture construits sur le modèle suivant : un texte de départ est proposé, texte qui présente des problèmes liés à la gestion de sa narration ; un commentaire général l’accompagne, donnant les grandes lignes des problèmes que le texte pose, puis le texte est présenté dans une version annotée qui pointe plus spécifiquement où se situent les écarts de narration ; enfin une proposition de réécriture est fournie, qui n’est pas LA correction ultime mais simplement une version qui gomme les problèmes de narration identifiés.

Exercice #02 : écrire en narration omnisciente

Les consignes que je te propose :
1) Lis le texte de départ ci-dessus (il s’agit du même que celui de l’exercice 01). Imaginons, pour cet exercice, que l’auteur ait en fait eu l’intention d’utiliser ici une narration omnisciente : en quoi la gère-t-il mal ? Qu’est-ce qui ne marche pas au niveau de la narration ?
2) Écris toi-même, chez toi, une nouvelle version de ce texte, avec pour seul et unique objectif de jouer le narrateur omniscient.
3) Lis ensuite mes commentaires et annotations, puis ma propre réécriture. Relis la tienne et jauge ce qui fonctionne ou ce qui ne marche pas.

Entre l’étape 1 et 2, tu es bien sûr libre (si tu le souhaites) de lire mes commentaires pour te guider, et/ou ma propre proposition (je ne conseille pas de lire la réécriture avant d’écrire toi-même, mais c’est ton exercice, c’est toi qui vois).

Les fichiers de l’exercice #02

(Attention, le fichier « complet » contient les parties I à III : texte original + commentaires + réécriture)


Bonne écriture !

Les échanges sont les bienvenus en commentaires.

(4 commentaires)

  1. Hello Stéphane,

    C’est avec plaisir que je m’attelle à mon exercice de la semaine.

    Réécrire en narration omnisciente m’a semblé plus compliqué qu’en focalisation interne, sans doute parce que je suis fâchée avec l’omniscience.
    Ton exemple me réconcilie presque avec ce type de narration.
    En tous cas, il expose les atouts de l’outil et ses possibilités.
    Merci pour cette expérience.

    Aimé par 1 personne

    1. Tant mieux, parce que c’est presque exclusivement le seul but de ces exercices : clarifier le fonctionnement de ces narrations et exposer leurs avantages et inconvénients pour aider les auteurs à mieux choisir laquelle est le plus appropriée à un projet de texte. L’omniscient a un terrible défaut, c’est sa distance narrative quasiment impossible à combler. C’est la moins immersive des narrations. Mais on peut compenser en offrant d’autres centres d’intérêts aux lecteurs, et faire des choses que les autres narrations ne peuvent absolument pas faire.

      J'aime

    1. C’est toujours pareil avec les narrations : il est plus facile d’en tirer le meilleur quand on en choisit une parfaitement adaptée au texte. La plupart des auteurs échouent à manier l’omniscient 1) parce qu’ils n’ont pas vraiment conscience d’écrire en omniscient (ironique mais vrai), et 2) parce que leur texte gagnerait grandement à être écrit avec une autre narration.
      Si tu veux écrire en omniscient, choisit un projet bien adapté à ça, et alors ça roulera tout seul.
      😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :